Les crimes et accidents ne connaissent pas de frontières. C’est pourquoi, nous enquêtons également dans la troisième dimension: les airs. Pour ce faire, nous sommes entre autres soutenus par les forces aériennes qui mettent à disposition des corps de polices suisses non seulement la technique nécessaire, mais aussi leur savoir-faire – en dehors des heures de bureau la plupart du temps.

Le jeune homme a été annoncé comme disparu à Wengen le 17 janvier 2016, jour de la descente du Lauberhorn. Il a été vu la dernière fois vers 19h30 et a disparu depuis. Une recherche entreprise immédiatement a permis de découvrir une trace dans la neige qui se dirigeait vers Lauterbrunnen, en plein dans un terrain accidenté – et en pleine nuit. Avec les températures glaciales, c’était le début d’une course contre la montre, et surtout, un combat inéquitable contre l’obscurité.

Les forces d’engagement du service spécialisé FLIR des forces aériennes

Lorsque la mauvaise visibilité, l’étendue et, comme dans le cas présent, la topographie de la zone (risque de chute) rendent une recherche en terrain difficile, voire carrément impossible, il est fait appel à ceux qui ont la meilleure vue la nuit, grâce à une technique sophistiquée: Les forces d’engagement du service spécialisé FLIR des forces aériennes.

FLIR signifie «forward looking infrared», un système équipé de détecteurs, qui est capable de reconnaitre le rayonnement thermique, de le représenter graphiquement et de le rendre ainsi visible. Bref: Même si des objets et personnes ne sont plus visibles à l’œil nu dans l’obscurité, le FLIR peut les détecter avec précision. Un principe qui peut sauver des vies, comme cela a été le cas lors de l’engagement à Wengen: Dans le cadre de l’action de recherche, l’homme a finalement été découvert vers 06h30 dans le terrain grâce au FLIR. Il était certes en hypothermie, mais seulement légèrement blessé.

Petite équipe, riche expérience d’engagement

La clé du succès d’une recherche est le «contraste thermique», explique Christian Lucek, chef du service spécialisé FLIR des forces aériennes. La température de la personne recherchée doit se distinguer de la température ambiante – plus cette différence est grande, mieux c’est. La caméra thermique fonctionne avec un capteur optique, il faut donc un contact visuel direct. Si la personne se trouve par exemple dans une zone densément boisée, le FLIR risque de ne pas pouvoir la détecter.

C’est justement parce que le FLIR connait des limites qu’il faut faire appel à un spécialiste afin d’évaluer la situation, les possibilités et si un engagement est raisonnable. Une tâche qui incombe au CEH, le coordinateur d’engagement par hélicoptère, de la poca. C’est lui qui coordonne et dirige la partie aérienne de l’engagement de police. «Plus le CEH est convoqué tôt par le CE Front, mieux c’est pour nous et toutes les personnes concernées», affirme Lucek. Cela accélère les déroulements, peut aider à limiter le terrain de recherche et augmenter les chances de succès. Dans le domaine de la collaboration technique, le CEH est, par conséquent, le lien entre les airs et le sol. Et à Lucek d’ajouter: «Les CEH sont très importants pour nous et nous sommes heureux de pouvoir compter sur ces forces d’engagement très compétentes».

Durant ces dernières années, la Suisse s’est professionnalisée dans ce domaine. «La poca bernoise dispose de CEH ayant d’excellentes compétences dans ce domaine.» La collaboration est également estimée dans le sens inverse: «En particulier les équipes des forces aériennes engagées lors de vols de recherche et de sauvetage disposent d’une immense expérience d’engagement», affirme Christian Aebi, chef de la division Planification et engagement (P+E) et, dans cette fonction également chef CEH. «Le savoir-faire et l’équipement nécessaire font des forces aériennes un partenaire important pour nous.»

Les forces aériennes disposent d’un total de sept opérateurs FLIR professionnels – une petite équipe qui profite d’autant plus de la riche expérience de chacun de ses membres et qui connait très bien les besoins de la police.

Le FLIR garde un œil sur les randonneurs, les personnes atteintes de démence et les cambrioleurs

Les forces aériennes sont engagées environs 30 fois par année pour rechercher des personnes disparues. Des recherches ont été organisées pour retrouver des randonneurs, des champignonneurs, des personnes handicapées ou atteintes de démence ainsi que des personnes se trouvant dans une situation d’exception. Mais le FLIR soutient aussi régulièrement des recherches d’auteurs en fuite. En août 2015 par exemple, les forces aériennes ont soutenu la poca dans la recherche de cambrioleurs présumés qui s’étaient enfuis dans une forêt. L’équipe a été engagée durant près de deux heures pour couvrir le terrain relativement difficile et d’une très mauvaise visibilité.

En engagement, la chose la plus importante est la communication bien coordonnée entre tous les impliqués. Les vols SAR en particulier sont un «Multicrewbusiness», explique Lucek: Deux pilotes, un opérateur FLIR, un CEH, un opérateur treuillage et un sauveteur. Avec un équipage d’au moins six personnes, la communication entre les membres de l’équipe doit être structurée et disciplinée. S’ajoute à cela la communication entre le CEH et les Centrales d’engagement régionales (CER), le chef d’engagement du front et les autres forces terrestres engagées. «Tout doit fonctionner comme sur des roulettes. En engagement, nous formons une équipe.»

Ce texte est une version adaptée d’un article paru dans Flic, le journal du personnel de la police cantonale bernoise, édition printemps 2016.