Pour les supporters d’une équipe, assister à un match de football représente un moment exceptionnel. Nous, nous veillons à la sécurité autour du stade afin que toutes et tous puissent apprécier ce moment. Nous avons accompagné Remo Jaggi, responsable d’engagement, lors d’une telle manifestation.

Les matchs de football au Stade de Suisse constituent des manifestations d’envergure qui nécessitent une organisation inimaginable – pour les hôtes, mais aussi pour les organisations telles que la police cantonale. Pour nos responsables d’engagement, cela signifie surtout préparation minutieuse et grande responsabilité. Ils peuvent à cet effet compter sur des partenaires internes et externes.

Préparation de plusieurs semaines

Plus les plans de jeu sont connus tôt, mieux c’est; en effet, il y a beaucoup à faire avant un match. «Nous commençons si possible nos planifications six semaines avant le match» déclare Remo Jaggi. Dès que l’autorisation et l’estimation du risque concernant un match sont disponibles, nous établissons les besoins en personnel. Ce n’est pas si simple; en effet, toutes les policières et tous les policiers figurent déjà sur leur plan de service régulier. Et, dans la mesure du possible, il faut aussi prendre en compte les vacances et des jours de congé des collaboratrices et collaborateurs. Ce n’est que grâce à un délai suffisant que nous pouvons intégrer la convocation pour un tel engagement dans les plans de service sans modifications majeures.

C’est une bonne chose que de pouvoir miser sur l’expérience

Comme souvent dans la vie (policière), l’expérience vaut son pesant d’or. Remo Jaggi partage la tâche de responsable d’engagement aux matchs avec quelques collègues seulement. Ainsi, chacun d’eux est régulièrement engagé et peut rassembler suffisamment d’expériences, ce qui est nécessaire pour ce genre d’engagements. Certains déroulements ne changent pas; ils sont donc bien rôdés. Cela permet de gagner du temps dans la préparation. On sait ce qui fonctionne; et ce qui n’a pas fonctionné de manière optimale la dernière fois est amélioré lors de l’engagement suivant. Le responsable d’engagement se réjouit de pouvoir compter sur une équipe bien rôdée; cela facilite beaucoup le travail.

La collaboration, un facteur important

La coopération avec les partenaires internes est importante; avant et pendant le match, nous collaborons toutefois aussi de manière étroite avec des partenaires externes. Tous les intervenants sont présents au rapport d’entente qui précède le match; on y compte les représentants du stade, les responsables des transports publics, la police des transports, les services d’ambulances et les sapeurs-pompiers. Les déroulements ne doivent pas être discutés ici, ils sont connus par l’équipe expérimentée. Il s’agit bien davantage de questions actuelles telles que l’arrivée des spectateurs attendus et le déroulement temporel.

Malgré toute la préparation, une certaine tension est palpable avant chaque match. Le responsable d’engagement porte en effet une grande responsabilité. «Il s’agit en principe de sécuriser l’engagement avec un minimum de restrictions pour tous», déclare Remo Jaggi.

Le jour du match

Les policières et les policiers convoqués arrivent au lieu de rassemblement avant le début du match. Remo Jaggi informe les cadres de l’engagement imminent et rappelle encore les principaux déroulements. Ensuite, il effectue le contrôle des présences de l’équipe. Le responsable d’engagement et son remplaçant se rendent maintenant dans le stade. C’est de là que l’engagement est coordonné, près de la sécurité du stade, des ambulanciers et des sapeurs-pompiers.

Pendant ce temps, l’équipe met en place le guidage des hôtes depuis la gare Wankdorf jusqu’au Stade de Suisse. La responsable d’engagement Circulation est en contact radio permanent avec son équipe du service de circulation qui veille à ce que le trafic ne soit entravé que dans une moindre mesure, malgré les restrictions à court terme.

Il y a toujours un peu de tension

L’ambiance est calme et concentrée. La tension augmentera quelque peu au moment de l’entrée en gare du train spécial transportant les hôtes. Les membres du groupe Dialogue accompagnent les supporters au stade. Remo Jaggi observe; il est prêt à prendre une décision et à intervenir si la situation l’exige.

Pendant le match, il a le temps de quelques réflexions… «Est-ce que j’ai tout fait juste jusqu’à présent? Est-ce qu’il y a quelque chose que j’aurais dû mieux faire? » Etant donné que l’engagement dure depuis plusieurs heures, il saisit l’occasion pour se ravitailler. Il ajoute que: «Il n’est pratiquement pas possible de faire de pause, mais il est malgré tout important de faire baisser un peu la pression. Car si l’on est constamment à 180, on n’a plus assez de ressources si quelque chose d’inattendu se produit.»

L’agitation monte encore d’un cran à la fin du match. Il s’agit alors d’éviter que les deux groupes de supporters ne se rencontrent. Les supporters visiteurs demeurent encore 30 minutes au maximum dans le stade. Pendant ce temps, les autres spectateurs quittent le stade et se mettent en route pour rentrer. Puis, enfin, les supporters de l’équipe hôte sont accompagnés par notre équipe Dialogue jusqu’à la gare, où le train spécial les attend.

Une journée de travail intense se termine

Le match est terminé, les supporters sont sur le chemin du retour à leur domicile. Le calme revient autour du stade tandis qu’à l’intérieur de celui-ci, les lumières s’éteignent. Remo Jaggi range sa place de travail temporaire et retourne au lieu de rassemblement. Les forces d’engagement qui ont terminé leur service arrivent les unes après les autres. On lit sur certains visages que l’engagement a été long.

Maintenant, l’équipe passe l’engagement en revue. Le responsable d’engagement résume les événements et motive les décisions qu’il a prises. Des questions sont posées, d’éventuels problèmes sont soulevés et des propositions d’améliorations sont exprimées. Finalement, après l’engagement, c’est aussi avant l’engagement; le meilleur moyen de clore un engagement, c’est de préparer le suivant. Car, c’est certain, il aura lieu bientôt