Les jeunes aiment faire la fête, et c’est bien comme ça. Mais les conflits et les bagarres ne sont pas rares lorsque l’alcool est en jeu. Que faire lorsque soudain le goût à la fête n’est plus?

© Adobe Stock – Olly

Enfin! On y est! Samedi, Luca aura 16 ans. Naturellement, il veut fêter dignement son anniversaire, de préférence en boîte. Il est le plus jeune de son cercle d’amis, mais Ali, son copain, connait une boîte à Thoune, où il est possible de rentrer dès 16 ans. Les jeunes se donnent donc rendez-vous le samedi soir à la gare de Thoune. Tim et Chiara veulent aussi être de la partie.

Commencer tranquillement la soirée au bord du lac

Samedi, Luca, Chiara et Tim prennent le train à Berne et se rendent à Thoune, où Ali les accueille. Comme la boîte n’ouvre qu’à 22 heures, et que tous les jeunes sont encore à jeun, le groupe s’achète quelques bières à la gare pour se mettre dans l’ambiance. Ali mène tout le monde en ville, dans un parc. Il connaît une place sympathique au bord du lac, où ils pourront s’asseoir, discuter et boire sans être dérangés.

Les jeunes boivent leur bière et profitent de leur soirée à l’extérieur. Il est déjà plus de 22 heures, l’ambiance s’est détendue avec l’alcool, et les discussions sont animées. Une patrouille jeunesse aborde le groupe pour les sensibiliser au sujet du bruit et des déchets sauvages. Ali et Luca posent des questions, les deux policiers les renseignent volontiers.

Bagarre au lieu d’une nuit festive

Une bonne heure plus tard, Luca ramasse les déchets et les jette dans une poubelle non loin de là. Il s’agit maintenant de se rendre en boîte pour fêter l’anniversaire de Luca. Alors qu’ils arrivent à la gare, Luca voit deux camarades de son club de football impliqués dans une dispute avec un autre groupe. Le ton monte.

Soudain, les jeunes hommes qui se disputaient, se jettent l’un sur l’autre, se poussent et les premiers coups sont donnés. Tim les rejoint en courant pour les calmer. Il s’encouble et tombe. Plusieurs jeunes du groupe s’en prennent alors à lui, et le frappent alors qu’il est au sol. Luca et Ali accourent pour lui venir en aide. Ils s’interposent en protecteurs et essayent de calmer les esprits. Mais voilà que Luca reçoit un coup de poing en plein visage. Il a le tournis, perd connaissance et tombe.

Lorsqu’il revient à lui, il voit les feux bleus de l’ambulance et de la police qui arrivent. La patrouille jeunesse a aussi été informée de la bagarre et arrive sur place. Comme les policiers en civil avaient auparavant pu instaurer la confiance avec le groupe de Luca, les jeunes se sentent visiblement mieux et peuvent discuter de l’affaire à la gare avec eux. Luca est pris en charge sur place par les ambulanciers.

Ses blessures ne sont heureusement pas trop graves. Cela aurait pu se passer autrement. Mais Luca n’a plus le cœur à fêter. Il n’avait pas vraiment pensé à passer son seizième anniversaire de cette façon.

Que faire pour ne plus se mettre en danger?

Luca le saura pour la prochaine fois: si une bagarre s’annonce, il est préférable d’aussitôt appeler la police. Il vaut mieux une fois de trop que de pas assez. Il a bien mémorisé les numéros d’urgence 112 et 117 et sait qu’il vaut mieux attendre l’arrivée de la police. Si l’auteur ou l’autrice arrête de s’en prendre à la victime, il faut venir en aide à cette dernière dans la mesure du possible et organiser les secours.

Il est important de ne pas se mettre soi-même en danger, d’appeler des renforts et de s’adresser aux agresseurs à distance.

Vous trouverez de plus amples informations sur le thème «Courage civique dans l’espace public» sous couragecivique.ch

Chaque district de police et tous les lieux où se trouvent les sûretés régionales du canton de Berne disposent de responsables en délinquance juvénile. Ils s’occupent tous les jours de tâches variées dans les différents services et soutiennent leurs collègues lors d’investigations en matière d’affaires pénales des mineurs ou enquêtent eux-mêmes. Les responsables en délinquance juvénile se distinguent par leur capacité de communication, leur patience, leur fermeté, et leur flair au contact des personnes mineures et de leur entourage. Les personnes et situations mentionnées dans les textes sont fictives, mais se fondent pour différents aspects sur des faits réels.