Christoph Streit est policier. Par conviction et par passion. Il aime avoir une vie professionnelle variée et son travail est plus qu’un simple emploi.

Avant de rejoindre la police, Christoph Streit a travaillé comme matelot puis comme polymécanicien. A plus de trente ans, il a postulé à la Police cantonale bernoise et ouvert un nouveau chapitre dans sa carrière professionnelle. Il était l’un de près de 100 aspirantes et aspirants qui suivent chaque année la formation policière. Une formation qui propose de nombreux atouts.

Monsieur Streit, vous posez avec une bouée de sauvetage et évoquez ainsi votre ancien métier de matelot. Vous êtes une figure de proue de l’actuelle campagne de recrutement. Quelles sont les compétences qui vous sont utiles à la police?

Il y en a plusieurs. Tout d’abord, les professions de policier et de matelot doivent être exercées par tous les temps. On est dehors, à la rencontre de situations et de personnes les plus diverses. Les deux métiers sont également exigeants du point de vue physique et demandent beaucoup de flexibilité. En bref, ce sont des écoles de vie plutôt que des professions.

Pourquoi avez-vous décidé de devenir policier?

Je suis une personne qui aime s’engager pour la collectivité. En tant que policier, je peux donner quelque chose en retour et aider en cas de besoin.

Malgré cela, comment se fait-il que vous ayez d’abord choisi un autre parcours professionnel?

J’ai fait un apprentissage de matelot et navigué à bord de divers cargos sur le Rhin et la mer du Nord durant quatre ans. J’ai ensuite fait une formation de polymécanicien. Plus tard, j’ai combiné les deux professions en conduisant et en entretenant des bateaux auprès de la BLS. Après dix ans, j’avais envie de me développer professionnellement et j’ai décidé de suivre la formation de policier. Au début, je me faisais du souci. Je ne savais pas si c’était une bonne idée de faire ce pas à plus de trente ans. Je suis d’autant plus fier d’avoir terminé avec succès la formation au printemps 2018.

En toute honnêteté, comment voyez-vous votre profession trois ans après?

La formation n’a pas été facile, mais elle est faisable. J’ai souvent pu tirer profit de choses que j’avais déjà apprises. Par exemple en ce qui concerne le travail d’équipe ou la formation de sauvetage que j’avais dû faire en tant que matelot. J’apprécie la diversité de mon quotidien professionnel et apporter une contribution à la population. Les nombreuses possibilités de développement et les avantages d’un employeur sûr et ayant une bonne politique sociale sont aussi importants pour moi.
Même si on peut être confronté à toute la palette de cruauté humaine dans cette profession, je suis policier par passion. Nous vivons aussi beaucoup de choses positives et surtout, on n’est jamais seul. C’est important pour moi.

Que conseillez-vous au personnes intéressées à rejoindre la police?

Le quotidien policier pose de nombreux défis. J’ai eu l’avantage d’avoir déjà vu et vécu de nombreuses choses. Policier, c’est bien plus qu’une profession. C’est important d’avoir un cœur qui bat pour ce métier. Je suis convaincu que l’expérience de vie et les connaissances humaines sont un avantage. Pour cette raison, je recommande aux personnes intéressées d’acquérir un peu d’expérience de vie avant de postuler.

Pour conclure, quel conseil donneriez-vous aux futurs aspirants et aspirantes concernant leur candidature?

Le travail en tant que policière ou policier est exigeant et demande beaucoup de responsabilité. Par conséquent, la résistance au stress psychique et physique est selon moi une condition sine qua non. Il faut remplir certaines exigences connues pour la formation. Je conseille à toutes les personnes intéressées de s’informer et de bien se préparer.

 

Profil

Nom: Christoph Streit
Âge: 37 ans
Fonction: Policier à la police mobile
Métier appris: CFC de matelot de la navigation intérieure et CFC de polymécanicien
A la police depuis: Trois ans

 

Pour en savoir plus

Êtes-vous intéressé par une formation à la Police cantonale bernoise? Prenez votre avenir en main sur www.professionspolice.ch