Les cyclistes en ville de Berne connaissent le problème: Le nombre de places de parc pour vélos est limité. Ces places de parc sont également occupées par des vélos défectueux ou dont on s’est débarrassé. Une manifestation nous a permis de remettre de l’ordre et faire de la place.

En ville de Berne, le parcage des vélos n’est pas limité dans le temps, à l’exception du côté est de la gare centrale, c’est-à-dire au Bollwerk, et dans la rue adjacente, où le parcage est limité entre un et cinq jours. Dans le reste de la capitale, le cycliste peut en principe parquer son vélo sur une place de parc prévue à cet effet aussi longtemps qu’il le souhaite. Seul problème: Nous ne pouvons pas faire la différence entre les vélos qui ne sont plus utilisés ou dont on s’est débarrassé et ceux qui sont toujours utilisés. Et les vélos effectivement utilisés ont besoin de place.

Une manifestation permet de faire de l’ordre

Des interdictions temporaires de s’arrêter peuvent s’appliquer pour des manifestations autorisées, ce qui fut le cas cet été à la Place de la Gare à Berne. Plusieurs jours avant l’événement, une signalisation correspondante est placée près des places de parc pour vélos concernées. Les cyclistes disposent donc de suffisamment de temps pour déplacer leurs vélos jusqu’à la date de l’entrée en vigueur de l’interdiction de s’arrêter. Nous enregistrons et enlevons les vélos se trouvant toujours sur place le jour en question.

Qu’advient-il des vélos enlevés?

Avant d’enlever les vélos, nous les enregistrons dans notre système. Nous notons le modèle, la marque, la couleur et le numéro de cadre. Nous gardons ensuite ces vélos durant trois mois au maximum. Les propriétaires peuvent s’annoncer et récupérer leurs vélos moyennant un émolument. Les cyclistes qui ont parqué leur vélo avant la mise en place de la signalisation ne doivent évidemment pas payer d’émolument, étant donné qu’ils n’ont pas vu la signalisation.

Toutefois, de nombreux vélos attendent leur propriétaire en vain. Nous vérifions s’ils ont été volés. Si tel est le cas, nous contactons le propriétaire qui dispose de deux mois pour venir récupérer son vélo. Les vélos non récupérés sont ensuite remis à la station de vélos de la ville de Berne.

En route avec le transporteur de vélos

Pour des raisons écologiques, mais aussi pratiques, nous effectuons le transport avec un vélo électrique muni d’une remorque. En voyant le vélo électrique et la remorque, on a des doutes sur l’efficacité. La remorque ne peut en effet transporter que quatre vélos à la fois. On se dit qu’un minibus serait bien plus pratique.

Toutefois, le vélo électrique a fait ses preuves: Il nous permet de transporter les vélos directement dans la gare, où ils sont entreposés. Avec un minibus, nous devrions décharger les vélos un par un devant la gare centrale puis les transporter dans les catacombes avec un autre véhicule. Après une journée passée à charger et à décharger des vélos, le dos peut se faire sentir et cette variante ne permettrait guère un gain de temps. Les vélos électriques rendent la tâche moins fatigante et ménagent le dos. De plus, le transport écologique est très apprécié par la population.

De la place pour ceux qui en ont besoin

La place de parc pour vélos est rouverte après la manifestation. Cette tâche donne beaucoup de satisfaction: Nous pouvons faire quelque chose pour les cyclistes urbains qui disposent à nouveau de plus de place pour parquer leurs vélos et les vélos non utilisés sont enlevés.

Pour en savoir plus

Le gérant des stations de vélos est le centre de compétences Travail (Service social, Direction de la formation, des affaires sociales et des sports de la ville de Berne). Dans le cadre du programme d’intégration du centre de compétences Travail, des chômeurs de longue durée et des personnes en fin de droit domiciliés en ville de Berne sont engagés pour ainsi être intégrés dans le monde du travail.