Quand un incendie se déclare ou qu’une explosion a lieu quelque part, il s’agit d’un événement majeur. En dépit des dégâts souvent importants, il faut identifier la cause de l’incendie ou l’explosion. Dans de tels cas, les spécialistes de la brigade Incendies et explosions procèdent à une enquête.

Les collaborateurs de la brigade Incendies et explosions (BEX) interviennent la plupart du temps après le départ des sapeurs-pompiers. Ils travaillent conjointement avec différents services, par exemple celui de recherche de personnes, le poste de police compétent ou les autorités d’instruction. 15 personnes travaillent actuellement à la BEX, une brigade de la police judiciaire. Deux personnes sont disponibles 24h/24 et un «désamorceur» qualifié se tient prêt en permanence à intervenir en cas d’alerte à la bombe.

Enquêtes effectuées dans des conditions difficiles

Lors d’une enquête relative à un incendie, la difficulté de l’enquête de police réside avant tout dans le fait qu’au moment d’intervenir sur le lieu du sinistre, personne ne sait quelle direction prendre. Une première étape consiste à prendre en compte le spectre complet des scénarios envisageables. Il pourrait s’agir d’une infraction pénale et, dans ce cas, les enquêteurs sont confrontés à un cercle encore non déterminé de potentiels auteurs. D’un autre côté, il faut toujours envisager la possibilité que l’incendie soit dû à un phénomène naturel, par exemple la foudre – ou que son origine ne soit pas répréhensible mais liée éventuellement à une défaillance technique.

L’eau d’extinction utilisée détruit fréquemment une grande partie d’indices précieux: cela complique encore davantage les investigations. Pour les incendies de grande envergure, la durée de l’intervention sur le lieu sinistré peut prendre plusieurs jours. Les entretiens avec les spécialistes se révèlent souvent très utiles pour obtenir des informations, par exemple avec un fabricant d’appareils électroniques ou avec la division Protection incendie de l’Assurance immobilière Berne.

Outre leur travail d’enquêteurs, les collaborateurs du Département BEX sont également des spécialistes du désamorçage. Depuis le 1er janvier 2016, Berne est l’un des trois points de contact nationaux pour les opérations de désamorçage: dès qu’une alerte à la bombe est déclenchée dans l’une des régions couvertes par Berne, les experts de la BEX se rendent sur place. L’élimination professionnelle d’anciens explosifs fait également partie de leur domaine de spécialité.

L’identification de l’origine du sinistre est une priorité

Contrairement à la plupart des autres types d’enquête criminelle, les investigations en matière d’incendie et d’explosion ne se focalisent pas en premier lieu sur l’identification d’un auteur. Les experts essaient tout d’abord, dès le début de leur enquête, d’identifier l’origine du sinistre. Ce n’est que lorsque cette origine est connue que les recherches peuvent éventuellement s’orienter vers la recherche de l’auteur.

La situation est particulièrement difficile pour les sinistrés: l’incendie représente pour eux un événement grave dont les conséquences psychiques sont considérables. Ils doivent non seulement résoudre d’importants problèmes personnels, mais également se tenir à la disposition des autorités chargées de l’enquête pour témoigner. C’est une situation difficile à maîtriser pour toutes les personnes concernées. C’est pourquoi, pour ces personnes également, la première priorité est l’identification de l’origine du sinistre afin de faciliter l’assimilation psychique de l’événement.

Exigences élevées posées aux collaborateurs

Outre une grande flexibilité, il est essentiel à la BEX de savoir tirer profit sur place de ses connaissances théoriques devant l’étendue effective du sinistre. Les postes vacants sont publiés en interne et tous les policiers disposant d’au moins cinq ans d’expérience professionnelle peuvent soumettre leur candidature. Les nouveaux collaborateurs de la BEX doivent être animés d’une grande volonté d’apprendre, car la formation à ce type d’activité dure trois ou quatre ans. Durant cette période, le collaborateur suit différents cours et se rend le plus souvent possible sur des lieux de sinistre, en compagnie de collègues expérimentés. Mais même les collaborateurs expérimentés de la BEX sont régulièrement confrontés à des incohérences et à des situations inédites. Il règne une bonne ambiance au sein de l’équipe. Et ceci est également très important. En effet, le travail est très intense et un bon travail d’équipe facilite beaucoup de choses.

Une formation continue régulière est indispensable

L’évolution constante des techniques et les innovations en matière de procédés de fabrication ont entraîné des changements dans le travail d’identification de l’origine d’un incendie. Le travail est devenu nettement plus diversifié et plus complexe. Pour pouvoir identifier le plus de causes possible, la formation initiale et la formation continue, ainsi que les méthodes de travail des spécialistes de la brigade Incendies et explosions, sont adaptées en permanence.